Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Mobilité à Montesarchio (2)

La journée de mercredi a été consacrée à la découverte culturelle de la région de Montesarchio : Nous avons pu admirer la splendeur du palais royal de Caserte,  résidence de la famille royale des Bourbons de Naples, et qui a été conçu pour rivaliser avec Versailles.  Nous avons également  découvert l’amphithéâtre romain de Santa Maria Capua Vuetere (l’antique Capoue), le second plus grand amphithéâtre de tout le monde romain (derrière le Colisée de Rome), dans lequel Spartacus aurait combattu.

Palais de Caserte

 

  

 

Amphithéâtre de Santa Maria Capua Vuetere

 

 

 

Les ateliers ont repris jeudi avec tout d’abord une interview par une webtélé des élèves participant au projet. Il s’agissait de recueillir  leur ressenti, relativement au projet lui-même mais aussi sur cette expérience de vie qui découle de la rencontre de jeunes venus de quatre pays de l’Union européenne.

Séance “interview”

 

 

Les activités se sont poursuivies par une lecture, sur fond musical, d’un poème sur la migration, par Antonella la Frazzia, la poétesse l’ayant créé. Une lecture émouvante qui, par le poids des mots et des images, a su sensibiliser les élèves aux difficultés du parcours des migrants. Un moment d’émotion partagée, comme l’a confirmé le recueil de leur ressenti à l’issue de la lecture.

Séance “Poésie”

 

Un autre moment fort de cette journée du jeudi a été la rencontre organisée avec deux migrants, Soumaila Diawara, originaire du Mali et Diallo Salle Colza Sidi, originaire du sénégal.

Les élèves les ont interrogés sur leurs parcours, les raisons de leur départ, les conditions de leur voyage jusqu’en Italie et les difficultés de l’intégration, de l’apprentissage de la langue. Ces témoignages ont également fait ressortir les apports positifs procurés par la migration, tant en terme d’enrichissement culturel que d’enrichissement humain.

Cet échange s’est également enrichi du témoignage de Ispir Anca Nicoleta, une élève d’origine roumaine scolarisée à l’institut Enrico Fermi, qui nous a fait part de son arrivée et de son intégration en Italie, pays dans lequel elle se sent aujourd’hui chez elle.

La journée s’est terminée par la lecture d’un poème traduit en français du poète migrant Soumaila Diawara .

Rencontre avec des migrants

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *