4ème personnage emblématique, Marek Edelman, 4ème mobilité à Tarnobrzeg, Pologne du 9 au 14 AVRIL 2018

Nous devions partir le 8 avril mais nous n’avons pu à cause de la compagnie aérienne. Départ donc le 9 avril à 6h30 de Nogent en minibus réservé par le lycée Rémi Belleau à destination de Roissy, puis Cracovie. Transfert en minibus affrêté par le lycée polonais vers Tarnobrzeg, situé 250 km à l’est de Cracovie.

Pendant ce temps, les délégations polonaises, hongroises et espagnoles se sont retrouvées au lycée Le Petit Prince pour une présentation et visite du lycée, une présentation audiovisuelle de la Pologne et un après-midi au lac de Tarnobrzeg pour faire des activités sportives afin de mieux se connaître. L’après-midi s’est terminé par un lâcher de ballons portant les lettres du projet IN MEMORIAM : 

19h30 : nous arrivons (enfin !) à Tarnobrzeg pour assister à un concert de chansons polonaises donné par les élèves de l’école primaire, du collège et du lycée Le Petit Prince, établissement partenaire de notre projet.  La directrice, Anita Wozniak, nous a tout d’abord accueillis et souhaité la bienvenue, puis nous avons assisté au concert illustré par des projections d’images en lien avec la seconde Guerre Mondiale et la résistance du Ghetto de Varsovie. Parents d’élèves, enseignants, tous les participants au projet Erasmus In Memoriam et la télévision régionale polonaise étaient présents.

 Anita Wozniak, proviseur et Gosia Bukowska, professeure de français chargée de l’organisation du concert

 les artistes,

 l’assistance

Mardi matin, rendez-vous au lycée Le Petit Prince pour une activité théâtre. Nous devions tous visionner le film “Le Pianiste” avant cette mobilité. L’acteur Yazid Lakhouache nous a demandé de choisir deux mots qui représentaient le mieux ce film (oppression, faim, désespoir, résistance, génocide… par exemple), nous devions les évoquer avec une gestuelle appropriée et l’ensemble du groupe devait reproduire la gestuelle de chaque élève. L’objectif était de travailler ensemble en vue d’une réalisation commune.

 Répétition dans le couloir….

 Aurore à l’oeuvre !

  répétition sur scène…

 Présentation en costume : saisissant ! La force des sentiments évoqués nous a tous interpellés !

 La troupe au complet

 Gwendoline, Aurore, Arthur, Marine, Eden et Mmes Corbin et Ruiz forment notre délégation française

Déjeuner offert par le lycée polonais : soupe, plat en sauce et dessert

Puis nous avons commencé nos présentations sur le déroulé historique de la 2ème guerre mondiale (par les élèves polonais en anglais et français), la biographie de Marek Edelman, l’un des initiateurs du soulèvement du ghetto de Varsovie et militant soutenant l’action de Solidarité (en anglais et espagnol pour nous), Marek Edelman médecin (élèves espagnols en anglais et français) et la vie dans le ghetto et son soulèvement (élèves hongrois en anglais et français).

Ensuite, grand moment !!! Chaque délégation avait du réaliser un album photo composés d’extraits du roman “Prendre le Bon Dieu de Vitesse” d’Annah Krall (qui reprend ses entretiens avec Marek Edelman) et les illustrer de photos.   4 merveilleux albums, vote et acclamations : nos amis hongrois ont gagné !

Nous avons terminé cette journée avec les présentations de l’enquête menée dans  chaque pays sur le ghetto de Varsovie, sur un échantillon de 100 personnes : 75% savent ce qu’est le ghetto de Varsovie, 80% pensent qu’il existe encore des ghettos dans le monde, 55% ont entendu parler de ce ghetto à l’école, 20% à la télévision, 15% grâce à un film. Les principales raisons évoquées pour l’existence de ghettos sont la dictature, la guerre, le racisme, la xénophobie, la misère. Les personnes interrogées pensent qu’il existe des ghettos au Mexique, aux USA, dans les pays de l’Est, en France, en Afrique et dans les pays islamiques.

 Arthur commente les résultats

Chacun est ensuite reparti avec son/sa correspondant/e pour une soirée en famille.

Mercredi 11 avril : Journée à Varsovie ! Départ à 6h00 en bus pour une arrivée à 10h30 près du musée Polin (musée de l’histoire des Juifs polonais) après une traversée de la ville en bus.

  Bavardage en route… Photo souvenir devant le musée

 Marine, Gwendoline, Arthur, Eden et Aurore, accompagnés de Mme Ruiz et Corbin dans le hall immense du musée.

Les explications et la muséographie étaient claires et riches. Nous comprenons mieux maintenant comment tant de gens ont pu être amenés à croire que, seul un groupe de personnes pouvait être responsable de tous leurs maux, la misère et le populisme ont eu des conséquences terrifiantes.

 Peinture commémorant le combat de Marek Edelman au sein du ghetto

Nous avons pique-niqué devant le musée, au soleil, puis marché jusqu’au monument commémoratif de l’Umschlagsplatz, lieu où les juifs montaient dans les trains pour Treblinka. Le parcours était jalonné de stèles commémorant la mémoire des personnes disparues. Ce quartier est occupé par des grands blocs d’habitation aujourd’hui.

 Yiia mimant l’horreur sur l’Umschlagsplatz 

 Temps libre dans la vieille ville

 Cathédrale où officiait Jean Paul II avant de devenir Pape. Son soutien à la population lorsque le parti Solidarité ébranlait le totalitarisme existant reste profondément ancré dans le coeur des polonais aujourd’hui.

Retour à Tarnobrzeg à 21h30 après une journée passionnante !

Le jour suivant sera plus émouvant, nous nous rendons à Majdanek, camp d’extermination situé près le Lublin.

 impressionnante entrée du camp

 Visite guidée en anglais

 dans les baraquements

 toutes ces chaussures ont appartenu aux déportés morts dans ce camp, femmes, enfants, hommes… 80 000 personnes !          Dortoir où s’entassaient les prisonniers

                                     Même dans les camps, certains ont fait preuve de résistance !

Déjeuner offert par le lycée polonais dans une auberge située à l’orée de la forêt Janowskie au sein de la quelle 3 000 soldats (résistants polonais et soldats russes très entraînés) ont résisté à 30 000 soldats nazis (14 & 15 juin 44), puis transfert en camion jusqu’à une statue commémorant ces combats.

 

 
Wojciech Marciniak traduit les      Marine et Inez, sa corres
explications historiques

 Français et espagnols…

Retour vers Tarnobrzeg et en famille et, dès le lendemain, route vers Cracovie !

   Arrêt dans une auberge pour que les élèves fassent le compte-rendu de cette mobilité en groupes multilingues + déjeuner : nous avons goûté une spécialité locale, les pierogis  sorte de raviolis au fromage, à l’oignon, à la viande… délicieux !

 Visite guidée de Cracovie sous la pluie ! ici la Halle aux Draps (marché couvert), nous avons suivi la voie royale

 et visité le château du Wawel.

 les enseignants : Mmes Adamik, Beladi, Tarnowska, Corbin, Ruiz, Juan Perez, Jover Celdran, MM. Lakhouache et Stepien devant le chateau Wawel.

Vers 17h30 : nos amis polonais reprennent le chemin du retour après de chaleureux remerciements et mille embrassades !!! Beaucoup d’émotion !

Les trois autres délégations sont hébergés dans un hôtel situé à l’orée du quartier juif. Dîner en ville à la charge de chaque délégation.

Samedi 14 avril matin, départ à 7h15 du groupe français à destination d’Auschwitz-Birkenau. Visite guidée en anglais. Nous avons tout d’abord pris un minibus près de l’hôtel, puis un bus dans lequel nous avons pu visionner un film expliquant le contexte historique ayant permis l’émergence de ces camps.

 Nous avons franchi ce portail tristement si célèbre…

 Plus nous avancions dans la visite, plus l’horreur devenait intolérable, cette liste présente le décompte des tués, torturés, morts de faim, de maladie dans ce camp : 1 300 000 personnes furent déportées dans ce camp, 1 100 000 Juifs, 150 000 Polonais, 23 000 Tziganes, 15 000 prisonniers de guerre Russes et 25 000 prisonniers d’autres groupes ethniques. N’oublions pas, n’oublions jamais ! N’oublions pas ce qui a rendu possible cette horreur…

 Nous avons ensuite pris une navette pour rejoindre le site de Birkenau. Tous les déportés ont roulé sur ces voies…

Les fours ont été détruits par les nazis avant la libération des camps pour effacer les preuves, des stèles rédigées dans une vingtaine de langues, celles des déportés de ce camp, ont été posées à cet endroit, leur message raisonne comme “un avertissement” contre la barbarie pour les générations futures.

 A la fin de la visite, Eden questionne le guide, elle n’arrive pas à comprendre pourquoi personne n’a réagi à l’époque…

Nous sommes revenus à Cracovie, il a nous a fallu un moment pour nous remettre de cette visite. Aucun d’entre nous ne l’oubliera. Tout le monde devrait venir voir ces camps, les gens comprendraient mieux.

 Dernier moment à Cracovie… avant de prendre l’avions qui nous ramène à Roissy, puis le taxi pour rejoindre Nogent le Rotrou. Au revoir ! Bye ! Adios !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3ème réunion transnationale à Budapest les 12 et 13 juin 2018

Arrivée des délégations le lundi 11 juin dans l’après-midi.

Mardi 12 juin 2018, accueil et allocution de Tibord Plank, proviseur du lycée Hunfalvy (traduction assurée par Judit Gecry, professeure de français) Il remercie les participants et souligne la qualité et l’exigence de ce projet qu’il qualifie lui-même de “difficile mais important à notre époque”

M. Denisot, attaché de coopération éducative et linguistique de l’Institut Français de Budapest remercie l’établissement Hunfalvy de promouvoir l”enseignement du français. A son tour, il souligne l’engagement des enseignants participants et rappelle que les projets Erasmus (KA1 ou K2) donnent les moyens aux équipes éducatives de se former, d’échanger, de créer des liens pérennes entre enseignants de différents pays de l’Union Européenne.

Mme Corbin  professeur d’anglais du lycée Rémi Belleau, établissement pilote, dresse le bilan de ce projet, en rappelant que la totalité des actions étaient financées par l’Union Européenne, que le thème principal (devoir de mémoire) a été respecté à chaque étape du projet. Elle poursuit en ajoutant que ce projet est bien sûr bénéfique aux élèves (plus d’autonomie, d’estime de soi, meilleure maîtrise de langues étrangères et des TICE, projets plus ambitieux, plus grande ouverture d’esprit…) mais aux établissements scolaires également (ouverture internationale précieuse pour la renommée des lycées, ouverture culturelle) et aux enseignants (enrichissement culturel et professionnel, liens d’amitié). Elle conclut en ajoutant que ce projet a été  une formidable aventure humaine.

 Chaque enseignant présente ses conclusions, son avis quant à ce projet face à la caméra des élèves hongrois : Madeleine Beladi, Erika Adamik et Violetta Nemeth, professeures de français.

 Présentation théâtrale d’extraits du Petit Prince de St Exupéry par les élèves de première année de français

Déjeuner offert par le lycée

Départ à pied pour la visite de l’Hôpital dans les Rochers, installé dans une grotte naturelle de la colline de Buda.

Dîner offert par le lycée

Mercredi 13 juin, rédaction du compte-rendu avec les différentes délégations et visite du Parc des Statues (Présentation de statues mises en place pendant l’occupation soviétique en vue de dénoncer le totalitarisme de cette époque et les méthodes répressives et d’espionnage utilisées) Visite guidée en anglais.

Jeudi 14 juin 2018 : retour des délégations.

3ème personnage emblématique, Jean Moulin, 3ème mobilité à Nogent le Rotrou, France du 15 au 19 janvier 2018

Accueil des délégations le dimanche 14 janvier (bus réservé par le lycée Rémi Belleau au départ d’Orly et du centre de Paris). 16h30 : retrouvailles/accueil et présentation des correspondant(e)s et de leur famille. Dîner et nuit en famille.

Lundi : Accueil et mot de bienvenue par M. Toumoulin, proviseur du lycée Rémi Belleau,  M. Demé, proviseur adjoint et Mme Saraf, intendante.

Début des présentations dans les trois langues sur la vie de Jean Moulin, fédérateur des réseaux de Résistance en France, De Gaulle et le soutien britannique à la résistance, les réseaux de la résistance en France, la vie quotidienne sous l’occupation.

 Tous les élèves participants à cette mobilité devant l’exposition dédiée à Jean Moulin

 Laura et Geogiana, ci-dessous Ariadna et les participants

   

 Intervention de M. Champion, professeur d’histoire, sur les racines communes des peuples européens et la formation de l’Europe

Repas au self du lycée décoré pour l’occasion Judit, Madeleine et Iza, professeures de français en Hongrie et Pologne.

L’une de nos activités préparatoires consistait à concevoir un dépliant pour le musée Jean Moulin de Paris : chaque délégation a présenté le sien… et les polonais ont gagné !!!! Ils sont vraiment doués en conception graphique mais ils disposent de cours spécifiques !

Janvier est un mois pluvieux ici, nous avions prévu une visite de Nogent permettant de découvrir les lieux de mémoire de la ville mais la bourrasque et la pluie ne l’ont pas permis ! Nous ferons donc une visite virtuelle avec Mme Ruiz :  , activité suivie par la projection du film Les Héritiers (une classe de lycée professionnel de Créteil participe au concours de la Résistance et gagne le premier prix) suivie d’un échange entre les élèves du groupe Erasmus.

17h00 : retour en famille

Le jour suivant, mardi, nous avons poursuivi nos présentations en anglais, espagnol et français pour nos visiteurs sur quatre séquences du film “Lucie Aubrac”

avant de poursuivre avec le vernissage de l’exposition dédiée à Jean Moulin, en présence de M. Colson, Président de l’Onac, de M. Harold Huward, Vice Président du Conseil Régional, Mme de Souancé, Conseillère Départementale, de représentants de plusieurs associations d’anciens combattants, parents d’élèves, élèves… presse.  

  l’assistance  Intervention de M. Huward

Après avoir déjeuné au lycée, nous sommes partis en bus pour la Préfecture de Chartres où nous attendait Mme Tanguy, responsable de Communication, pour la visite du bureau et du salon de Jean Moulin qui fut préfet de Chartres.

Intervention de Mme Tanguy dans le salon de la Préfecture sur la présence de Jean Moulin dans ses lieux et sur le métier de préfet.   En sortant, nous avons bien sûr visité la cathédrale et sommes revenus à Nogent pour 18H00.

Mercredi 17 janvier : une longue journée à Paris nous attend !

Départ en bus à destination du musée Jean Moulin situé au dessus de la gare Montparnasse. Nous leur avons présentés les dépliants que nous avions réalisés, ce qu’il ont apprécié, puis visite guidée du musée en anglais et français.

Outre son héroïque engagement dans la Résistance, Jean Moulin était aussi connu pour ses talents artistiques !

Une visite au Mémorial de la Shoah était incontournable….très impressionnant. La visite guidée portait tout particulièrement sur les différentes formes de résistance mises en oeuvre par les juifs pendant la seconde guerre mondiale (résistance par les arts, au quotidien et par les armes)

  Salle des portraits : tous ces enfants ont disparu dans les camps….

 Un peu de marche à pied jusqu’à Notre Dame de Paris nous a permis de nous remettre de nos émotions. Nous avons visité la cathédrale et poursuivi notre visite en bus…. sans oublier la Tour Eiffel !

  Comédie musicale “Grease” pour terminer la journée sur une note plus gaie et compréhensible de tous !

 les enseignants polonais et espagnols inspirés par l’affiche !

Jeudi 18 janvier : M. Brissard, ancien professeur d’histoire passionné, nous accompagne toute la journée en Normandie (en bus). Au programme :  le cimetière américain

 

Repas pique-nique fournis par le lycée Rémi Belleau.

la plage d’Omaha 

la Pointe du Hoc 

un cimetière allemand

 et un cimetière polonais où nos amis ont retrouvé plusieurs tombes portant des noms connus. Un moment fort de recueillement pour tous.

Grace aux commentaires éclairés et bienveillants de M. Brissard, nous réalisons mieux ce qui s’est passé, combien il est important de vivre en paix. Nous comprenons la chance que nous avons de connaître cette paix depuis plus de 70 ans notamment grâce à l’existence de l’Union Européenne.

Le lendemain, vendredi, était déjà notre dernier jour tous ensemble. Comme à l’accoutumée, nous avons réalisé le compte-rendu de cette mobilité en groupes multilingues et enregistré nos commentaires et ressentis sur Radio 2B, la web radio du lycée ! Grand moment de solitude pour chacun  même si tous les participants ont pris la parole, élèves comme enseignants !

Groupes multilingues

 Tous les participants à l’émission Radio 2B !

Il faut se dire au revoir !!!  La délégation polonaise est repartie vendredi soir, les délégations hongroises et espagnoles samedi matin très tôt de la gare de Nogent :

 Adios amigos !

 

 

 

 

 

Deuxième réunion transnationale à Alicante les 10 et 11 juillet 2017

Arrivée des délégations le dimanche 9 juillet.

Lundi 10 juillet : accueil et mot de bienvenue par Antonio Martin Macho Diaz, proviseur du lycée Miguel Hernandez

Bilan pédagogique et financier. Point sur la diffusion

Participants : Véronique Saraf, intendante, Nathalie Ruiz, professeure d’espagnol, Christine Corbin, professeure d’anglais, Gosia Bukowska, professeure de français, Ela Szczesiak, professeure d’anglais, Tibor Plank, proviseur, Magdolna Beladi, professeure de français, Susanna Jan Perez, professeure de français et Carlos Cano, professeur de sciences, Beatriz Delgado, intendante.

Mardi 11 juillet : Présentation des activités réalisées lors de la mobilité à Budapest par les élèves + ressenti des élèves en anglais et français. Très intéressant et convivial.

Organisation de la mobilité en France (dates, activités à réaliser par chaque délégation)

Présentation du système scolaire espagnol par le Proviseur, en présence d’Angela Pascual, conseillère Principale d’Education. Echange et comparaison de l’organisation des études dans nos différents pays.

Déjeuner offert par la délégation espagnole (14h30)

Visite du musée archéologique d’Alicante MARQ pour les visiteurs intéressés et visite nocturne du quartier de San Roque, commentée par Ramon, professeur d’histoire.

12 JUILLET : départ des délégations

 

2ème personnage emblématique, Imre Kertesz, deuxième mobilité à Budapest du 8 au 12 juin 2017

  Jeudi 7 juin : un taxi nous conduit à l’aéroport de Beauvais où nous prenons un vol pour Budapest. C’est la première fois que certains d’entre nous prennent l’avion… joie, appréhension…

Sur la photo Laura, Max, Agathe, Anaïs et Georgiana, accompagnés de Mmes Ruiz et Corbin.

Nos partenaires nous accueillent à l’aéroport où nous rencontrons nos correspondants et leur famille. Ils sont hongrois et ne parlent presque pas français, il ne reste plus que l’anglais !

Jeudi 8 juin : accueil par M. Tibor Plank, proviseur du lycée Hunfalvy de Budapest. Le lycée est situé en plein centre ville mais certains d’entre nous ont voyagé près d’une heure pour y arriver car leur correspondant/e habite dans la périphérie de Budapest.

Ensuite, vernissage de l’exposition “Rester Homme” en présence de Forgacs Janos, rescapé du camp d’Auschwitz. Cette exposition bilingue hongrois/anglais présente les justes hongrois.

  Le témoignage de Forgacs Janos sur les conditions de détention et de vie dans les camps de concentration (il fut prisonnier à Auschwitz). Elles étaient horribles, inhumaines. Pendant 30 ans, il n’a pas pu en parler, c’est seulement quand sa petite fille lui a demandé à plusieurs reprises de lui raconter ce qui s’était passé qu’il a commencé à dire ce qu’il avait vécu. Il ne ressent plus de haine, il est apaisé maintenant mais il insiste sur le fait qu’il faut être vigilant, tout ce qui s’est produit peut se reproduire.

Déjeuner au lycée : 

Présentation par les différentes délégations l’après-midi :

  Nous avons présenté la vie d’Imre Kertesz en anglais et espagnol, le groupe hongrois s’est chargé du contexte historique et politique en français et anglais, les hongrois de l’analyse du roman Etre Sans Destin en français et anglais. Ensuite, chaque groupe a commenté un chapitre de l’oeuvre d’Imre Kertesz.

Puis un guide nous a emmenés à la découverte de Budapest

 Près de la synagogue   Place de la liberté, histoire hongroise en deux versions

 quartier juif “Godzu Ardu” devenu quartier à la mode et animé le soir

sur le parvis du Parlement       Le Parlement avec le pont des chaines en arrière plan

Retour en famille avec nos corres !

Vendredi matin, pendant que les professeurs se réunissaient pour organiser la prochaine réunion transnationale et la 3ème mobilité, nous nous sommes répartis en groupes multilingues pour réaliser des panneaux représentant les différents monuments de Budapest.

   

Après un déjeuner au lycée Hunfalvy, nous sommes partis en tram jusqu’aux jardins suspendus du palais. Dans l’enceinte du château, le groupe hongrois avaient préparé des quiz à des endroits stratégiques (le “Turul”, emblème national, la fontaine Matthias, l’église Matthias et le Bastion des Pécheurs)

Dîner et nuit en famille

Vendredi : Maison de la Terreur (musée consacré à la propagande et à la répression mises en oeuvre par les Nazis et les Communistes en Hongrie)

 Sculpture représentant le Rideau de Fer

 Agathe et Anaïs sur écoute

 Agathe, Anaïs et Max dans la salle des audiences où se déroulaient le procès truqués et perdus d’avance

 Portraits des personnes disparues

A l’issue de cette visite, nous sommes allés à Szentendre, un village logé dans un méandre du Danube, célèbre pour sa communauté artistique et la cohabitation entre gens de plusieurs communautés (juifs, hongrois, serbes…) A cette occasion, nous avons pu observer les différences existantes entre une église orthodoxe et catholique. Pour le déjeuner, nous avons dégusté un langos, sorte de grosse crêpe salée recouverte de fromage blanc et de fromage râpé)

Dimanche : rendez-vous le long du Danube pour la visite du Parlement…

 Ces chaussures en métal commémorent les juifs jetés dans le Danube lors de la Seconde Guerre Mondiale

  

Visite du Parlement… et croisière en bateau-mouche sur le Danube en anglais, espagnol ou français  

 Le Parlement toujours…. véritable emblème de Budapest !

avant de poursuivre avec la visite de la synagogue :  et celle du jardin du souvenir

 Ballet “Blanche Neige” au théâtre Erkel pour teminer cette formidable journée ! Un véritable orchestre jouait dans la fosse, c’était extraordinaire ! Nous n’avions jamais vu de ballet auparavant…

Lundi matin, c’est à notre tour de monter sur les planches. Tout d’abord les lycéens hongrois interprètent des extraits de l’oeuvre de Koffi Kwahulé, auteur africain, puis de Charlotte Delbo, résistante, en français d’après une mise en scène de l’acteur Yazid Lakhouache, puis tous les élèves participants à la mobilité s’entraînent à reproduire le mot exprimé par son/sa correspondante dans sa langue natale : rigolade assurée !!

   

Pour finir, travail en commun par groupes multilingues pour établir le compte-rendu destiné à la production finale et dernière photo devant le lycée avec tous les participants :         

Mardi 13 juin 2017 : Départ…. Semaine inoubliable !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrir les valeurs de l’Europe avec Miguel Hernandez à Alicante (première mobilité du 4 au 10 mars 2017)

Après avoir recherché, synthétisé, créé, imaginé, préparé milles activités,  nous voici dans l’avion qui nous emmène à Alicante avec Mmes Corbin et Ruiz :

 Laura et Angélique Océane et Manon

Accueil à l’aéroport, nuit en famille (très sympa !) et dès le lendemain, dimanche, visite d’Alicante, dernière ville espagnole ayant résisté aux nationalistes de Franco

 Carlos Brotons a commenté les lieux de  mémoire d’Alicante   Ici le marché  où, le 25 mai 1938, un bombardement des nationalistes a fait 300 victimes civiles           Visite du château qui servait de prison 

Lundi, après le discours d’accueil du proviseur Antonio Martin-Macho Diaz du lycée Miguel Hernandez, nous avons justement présenté la vie de Miguel Hernandez qui était un poète républicain mort  suite à sa détention dans les prisons nationalistes, il luttait pour la liberté, la tolérance, le respect de l’autre.                            Manon et Laura

Nous avons ensuite visité l’exposition permanente du lycée dédiée à ce poète avec Antonio Lopez Cruces, professeur de littérature espagnole… Mmes Nemeth, Jarecka, Tarnowska, M. Antonio Lopez Cruces, Mme Corbin devant l’exposition Miguel Hernandez

 et dégusté la pericana, repas de guerre à base de poisson séché !     

Chaque lycée devait concevoir une affiche de propagande républicaine pour un concours, voici la nôtre…… mais ce sont les équipes polonaise et hongroise qui ont gagné ! Congratulations ! Bravo !

 L’après-midi, visite des refuges de   guerre place Seneca. Visite  impressionnante ! Nous sommes allés dans les refuges et nous nous sommes blottis dans un coin alors que retentissait une explosion !

 Le lendemain, nous avons poursuivi nos présentations en anglais, espagnol et français sur la Nueve, ce bataillon de 160 soldats dont  146 étaient de jeunes républicains espagnols décidés à rejoindre le Gal Leclerc pour libérer la France du nazisme. Chaque groupe d’élèves devait présenter la vie d’un soldat de la Nueve et son parcours. Poèmes de Miguel Hernandez chantés par le groupe Rapsodia sobre Miguel Hernandez

Chaque groupe a ensuite commenté un poème de Miguel Hernandez (La Nana de la Cebolla, Las Abarcas Desertas (le nôtre !), El Herido…) Miguel Hernandez écrivait des mots très simples empruntés à des situations de la vie quotidienne pour évoquer des sentiments très forts, déchirants, des images très suggestives liées à sa propre vie de résistant.  Commentaire du poème

 la chorale du lycée, sous la direction du professeur de musique, a chanté ses poèmes

Pour terminer la journée, direction les Archives Municipales pour découvrir l’exposition sur la guerre civile espagnole commentée par Jose Antonio Fernandez Caballo, ancien professeur agrégé d’histoire et membre de la Commission pour la Récupération de la Mémoire Historique. Présentation des colonies organisées par les Républicains pour éloigner les enfants de la guerre. Traduction par Mme Ruiz

 Les participants…. quel soleil !

Mercredi, exposition Llapis Paper i Bombes (prêtée au lycée Rémi Belleau en septembre 2016)   Cette exposition présente les ressentis des enfants au travers de leurs dessins. Lieux où étaient situées les colonies

 les enseignants participants devant les dessins de l’exposition, Mmes Jarecka, Sanz, Ruiz, Beladi, Tarnowska, Corbin, Juan Perez, Delgado et M. Ramon Galdran, membre de la Commission pour la Récupération de la Mémoire Historique.

Puis travail en groupes multilingues pour effectuer le compte-rendu en français, anglais et espagnol de cette mobilité.

Jeudi, visite et accueil à la Mairie d’Alicante :Discours de Maria José Espuch, 1ère adjointe au Maire d’Alicante, traduit par Mme Ruiz  

Après midi, direction Orihuela et visite guidée de la maison natale de Miguel Hernandez.    Visite du quartier de San Isidro où les habitants ont illustré les poèmes de Miguel Hernandez sur les murs de leur maison en hommage au poète 

  

Dernière soirée en famille… rigolades, photos, cadeaux…. Notre séjour arrive à sa fin, il faut déjà se quitter. Quelle semaine ! Désormais nous parlons espagnol sans trop d’hésitation et nous avons tant appris sur la vie en Espagne et l’histoire de ce pays…. des liens d’amitié se sont formés  !

 Dernières minutes à l’aéroport

 

 

 

 

Première réunion transnationale au lycée Rémi Belleau les 16 et 17 novembre 2016

 Cette première réunion visait à mieux se connaître, faire le point sur le démarrage du projet dans les différents lycées et convenir des actions à mener (évaluations de début en langue, TICE et savoir être, activités préparatoires à la première mobilité en Espagne) M. Toumoulin, proviseur, présente le logo du projet IN MEMORIAM choisi parmi différentes propositions faites par les 4 lycées participants.

 M. Toumoulin, Mme Armanier-Moutous, Mmes Corbin, Ruiz,  Sanz Cantala Piedra,  Beladi, M. Plank Présentation des élèves de 1ère L1 à Mme Wozniak, Bukowska, Beladi et M. Plank  Accueil par M. Huvart, maire de Nogent le Rotrou  Visite du chateau de Nogent (Mmes Ruiz, Juan Perez, Bukowska, Corbin, Beladi, Sanz Cantala Piedra et Wozniak)

25 septembre 2016, journée des langues : les élèves ont joué avec l’Europe

En partenariat avec le Point Information Jeunesse, le lycée a organisé une animation dédiée à l’Europe pendant la pause déjeuner.  Plusieurs enseignants de langue et environ 300 élèves ont participé aux quiz rédigés en anglais, espagnol ou allemand sur l’Europe. Chaque participant recevait un cadeau à l’effigie de l’Union Européenne.

                   Anniete est en Volontariat International à Orléans et témoigne de son expérience

La venue d’Evelyn Mesquida et l’exposition Llapis, Paper i Bombes : deux événements pour lancer le projet

 

  

La journaliste et auteure espagnole Evelyn Mesquida est venue le 15 septembre 2016 présenter la Nueve, 9ème compagnie menée par le Gal Leclerc lors de la seconde guerre mondiale. Ces soldats républicains, vaincus par les nationalistes, ont été déportés dans le sud de la France, ont embarqué pour l’Afrique du Nord d’où ils sont partis pour libérer la France et Paris le 24 août 1944.

En parallèle a été inaugurée l’exposition Llapis, Paper i Bombes 1936 – 1939, prêtée par l’université d’Alicante. Ce sont des dessins d’enfants réfugiés dans toute l’Europe pendant la guerre civile espagnole.

   Océane et Marine Clémence et Jessica