Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Mobilité à Montesarchio (2)

La journée de mercredi a été consacrée à la découverte culturelle de la région de Montesarchio : Nous avons pu admirer la splendeur du palais royal de Caserte,  résidence de la famille royale des Bourbons de Naples, et qui a été conçu pour rivaliser avec Versailles.  Nous avons également  découvert l’amphithéâtre romain de Santa Maria Capua Vuetere (l’antique Capoue), le second plus grand amphithéâtre de tout le monde romain (derrière le Colisée de Rome), dans lequel Spartacus aurait combattu.

Palais de Caserte

 

  

 

Amphithéâtre de Santa Maria Capua Vuetere

 

 

 

Les ateliers ont repris jeudi avec tout d’abord une interview par une webtélé des élèves participant au projet. Il s’agissait de recueillir  leur ressenti, relativement au projet lui-même mais aussi sur cette expérience de vie qui découle de la rencontre de jeunes venus de quatre pays de l’Union européenne.

Séance “interview”

 

 

Les activités se sont poursuivies par une lecture, sur fond musical, d’un poème sur la migration, par Antonella la Frazzia, la poétesse l’ayant créé. Une lecture émouvante qui, par le poids des mots et des images, a su sensibiliser les élèves aux difficultés du parcours des migrants. Un moment d’émotion partagée, comme l’a confirmé le recueil de leur ressenti à l’issue de la lecture.

Séance “Poésie”

 

Un autre moment fort de cette journée du jeudi a été la rencontre organisée avec deux migrants, Soumaila Diawara, originaire du Mali et Diallo Salle Colza Sidi, originaire du sénégal.

Les élèves les ont interrogés sur leurs parcours, les raisons de leur départ, les conditions de leur voyage jusqu’en Italie et les difficultés de l’intégration, de l’apprentissage de la langue. Ces témoignages ont également fait ressortir les apports positifs procurés par la migration, tant en terme d’enrichissement culturel que d’enrichissement humain.

Cet échange s’est également enrichi du témoignage de Ispir Anca Nicoleta, une élève d’origine roumaine scolarisée à l’institut Enrico Fermi, qui nous a fait part de son arrivée et de son intégration en Italie, pays dans lequel elle se sent aujourd’hui chez elle.

La journée s’est terminée par la lecture d’un poème traduit en français du poète migrant Soumaila Diawara .

Rencontre avec des migrants

  

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Mobilité à Montésarchio (1)

Lundi 05 novembre, les élèves ont participé à leurs premiers ateliers avec leurs camarades allemands,  italien et roumains. il s’agissait de réfléchir aux raisons du départ des migrants de leurs pays d’origine et de mettre en parallèle la situation d’un pays (ou d’une région) de départ (au regard de ces causes) et celle d’un pays (ou d’une région) d’arrivée de flux migratoires.

Une fois ces causes établies, les élèves devaient rechercher des photographies capables de les illustrer de façon à réaliser un montage d’images illustrant le contraste des situations entre pays de départ et pays d’arrivée.

 Atelier “photos montages”  

      

Un deuxième atelier a eu pour but de préparer les questions que les élèves poseront aux migrants lors de la rencontre du jeudi 08 novembre. Cette réflexion en petits groupes a été l’occasion d’échanges dans les différentes langues des pays partenaires.

 Atelier “Questions”  

    

Mardi 06 novembre les élèves ont assisté à la projection du film “Golgen Door” de Emanuele Crialese.

Au début du XXème siècle, dans un coin perdu de la campagne sicilienne, vit une famille de paysans qui s’échinent sur le même lopin de terre depuis des générations. Ils mènent une existence en harmonie avec la nature et cohabitent avec les esprits de leurs défunts. La monotonie de leur vie quotidienne est interrompue par des récits du Nouveau Monde, de leurs habitants et des innombrables richesses de cet Eden… Salvatore décide de vendre tous ses biens : sa terre, sa maison, son bétail pour partir avec ses enfants et sa mère âgée mener une vie meilleure de l’autre côté de l’océan. Mais pour devenir citoyen du Nouveau Monde, il faut mourir et renaître un peu. Il faut abandonner les traditions séculaires et les vieilles croyances de sa terre, il faut être sain de corps et d’esprit, savoir obéir et jurer fidélité si l’on veut franchir “La Porte d’Or”…

Après avoir visionné le film, les élèves ont complété un questionnaire afin d’évaluer leur compréhension de l’histoire de ces migrants.

Projection du film “Golgen Door” et questionnaire de compréhension

  

Dans un deuxième temps, ils ont finalisé les questions en anglais, en français et en italien afin de préparer l’interview des migrants, du jeudi.

Ce même jour, un jury constitué d’enseignants, d’élèves, de représentants d’association et du proviseur de l’institut Fermi a délibéré afin de sélectionner l’affiche qui illustrerait notre projet, parmi les quatre élaborées pour cette mobilité. L’affiche italienne a emporté tous les suffrages.

Jury “affiches”

  

  

 

 

 

 

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – mobilité à Montesarchio (Italie)

Le 3 novembre 2018, 6 élèves de la classe de terminale Gestion-administration et leurs professeurs se sont envolés à destination de Naples, dans le cadre de leur projet Erasmus+.

Il ne s’agissait que d’une courte étape avant qu’il ne rejoignent, le lendemain, leurs camarades italiens, allemands et roumains à Montesarchio, ville de la Province de Benevento, dans la région Campanie. Durant toute la semaine, les élèves participeront à des ateliers, des rencontres, des échanges ayant pour thématique les “migrations d’aujourd’hui”.

Arrivée à l’aéroport d’Orly (l’attente avant l’enregistrement des bagages)

Installation dans l’avion (Une première pour la plupart des élèves)

Survol des Alpes

Arrivée sur Naples

Cette première étape napolitaine a été l’occasion de s’imprégner de l’atmosphère de la ville et de visiter le musée archéologique et ses richesses antiques.

   

Promenade dans les rue de la ville

     

Découverte du Duomo et du musée archéologique

 

 

 

 

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Diffusion du film documentaire « Trajectoires »

« TRAJECTOIRES : Un film pour mieux se connaître, mieux s’accepter et mieux vivre ensemble »

Le jeudi 20 décembre, la classe de TGA assistera à la diffusion du film documentaire « Trajectoires » en présence des réalisateurs Marie-José et Gabriel Sebban à la salle auditorium du lycée Rémi Belleau.

Synopsis du film : 3 classes de 3 établissements d’Eure et Loir, partent en sortie sur Paris à la Cité de l’histoire de l’immigration, avec des migrants. Les jeunes expriment leurs représentations et leurs repères sur l’étranger, les vieux, l’immigration, l’éducation. Les anciens d’origines diverses, confient leurs trajectoires de vie et leurs visions de la société. Les 2 générations se découvrent, se surprennent et se livrent parfois avec émotion et toujours avec bienveillance. La rencontre a eu lieu.

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Conférence d’Adélie Chevée le 12 novembre 2018

Conférence d’Adélie Chevée le 12 novembre 2018 à la salle Pierre Mendès France de Nogent le Rotrou

Dans le cadre du projet Erasmus+ « Migrations d’hier et d’aujourd’hui », Adélie Chevée donnera une conférence  sur la thématique « Qui sont les réfugiés syriens ? Quels sont leurs profils et leurs parcours ».

La finalité est de mieux comprendre le parcours d’un migrant syrien, d’alerter sur les fakes news diffusées à ce propos sur les réseaux sociaux et d’être capable de sélectionner les « bonnes informations » relatives à la problématique migratoire.

Les élèves de TGA, TCOM, TL et 1ère ES1 du lycée Rémi Belleau y assisteront.

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – 25, 26 et 27 Septembre 2018 : Réunion transnationale à Caracal (Roumanie)

Les enseignants partenaires du projet « Migrations d’hier et d’aujourd’hui » se sont réunis à Caracal, en Roumanie les 25, 26 et 27 septembre 2018 afin de faire le bilan de la première année de leur action.

   

Beaucoup de points positifs ont été relevés, notamment en ce qui concerne les élèves : une meilleure estime de soI (au contact de leurs camarades des autres pays, les élèves roumains se sont rendus compte qu’ils étaient au même niveau alors qu’ils se considéraient “inférieurs” à leurs camarades avant le début du projet; les élèves français, italiens et allemands ont par ailleurs revu leur opinion vis à vis des roumains sur lesquels ils portaient un regard souvent négatif) ; une prise de confiance; moins d’aprioris dans la perception de l’autre (les populations migrantes, pour lesquelles les élèves ressentent davantage d’empathie,  mais également les professeurs : leur regard a évolué vis à vis de ces derniers, ce qui a aussi contribué à améliorer les relations en classe et l’implication des élèves).
Il a été constaté, par ailleurs, que le projet a contribué à renforcer les relations entre les enseignants : de véritables liens d’amitié se sont créés pour bon nombre d’entre eux et l’envie de continuer à travailler ensemble est manifeste. Il est d’ailleurs envisagé de mettre en oeuvre de nouveaux projets européens dans le futur.
Cette réunion a permis aussi de conclure à la nécessité d’alimenter plus régulièrement le site internet afin que les partenaires puissent suivre plus efficacement les activités de chacun. Un développement des liens avec la presse s’avère également nécessaire.
Il a enfin été convenu de développer, dans la deuxième partie du projet, les rencontres témoignages et les activités avec des migrants; la communication directe permettant de casser plus efficacement les idées reçues.

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Les migrations d’aujourd’hui – Ateliers des 7 juin et 6 septembre 2018

Deux journées ont d’ores et déjà  été consacrées à la nouvelle thématique, “Les migrations d’aujourd’hui” les 7 juin et 6 septembre 2018. Les élèves ont alors pu rencontrer quatre migrants résidant à Nogent le Rotrou ; ils les ont questionnés afin de recueillir leurs parcours, les raisons de leur départ, les conditions de leur voyage et leur perception de la France.

Lors de ces deux journées, les élèves ont également participé à différents ateliers en vue de préparer la mobilité qui aura lieu en Italie du 3 au 10 novembre 2018. Les quatre migrants ont été invités à y participer afin de prolonger le moment d’échange et apprendre à mieux se connaître.

Activité “témoignage” : Rencontre et interview  de migrants

 

Activité “jeu de mots” : réalisation de mots fléchés, d’acrostiches, de rébus et de charades à partir du vocabulaire de la migration.

 

Activité “Affiches” avec la participation de Samuel et Jean Baptiste : réalisation d’affiches sur la thématique migratoire actuelle.

 

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – 2018-2019 : Une nouvelle année ERASMUS+ : Les migrations d’aujourd’hui

Depuis l’année scolaire 2017-2018, les élèves de Terminale Gestion Administration sont engagés dans un projet Erasmus+ les amenant à développer une réflexion autour de la thématique migratoire. Il s’agit de leur faire percevoir que les migrations d’hier et d’aujourd’hui relèvent d’une même histoire, suivent un même chemin qui a contribué à cimenter l’Union européenne.

Cette problématique, initiée et portée par le lycée Rémi Belleau (et plus particulièrement sa section professionnelle), est abordée conjointement par trois autres établissements scolaires, le Colegiul National Ionita Asan à Caracal, en Roumanie ; l’istituto di istruzione superiore”Enrico Fermi” à Montesarchio, en Italie et le Berufsbildende Schulen Oschersleben des Landkreises Börde – Europaschule à Oschersleben, en Allemagne.

Lors de la première étape du projet, les établissements ont abordé le thème des « Migrations d’hier », l’idée étant de faire émerger le parcours « type » d’un migrant et les épreuves qu’il a rencontrées sur sa route.

Les élèves du lycée Rémi Belleau se sont focalisés sur l’accueil des réfugiés espagnols en France en 1939 ; les élèves italiens ont abordé l’immigration italienne en Belgique, en Suisse et en Allemagne ainsi que l’expulsion des Juifs d’Italie par Mussolini ; les lycéens roumains ont, quant à eux, analysé les migrations forcées des Gitans et des Juifs en Transnistrie entre 1940 et 1945 ; dans l’établissement Allemand, les activités ont porté sur l’immigration entre les années 1970 et 2000 sur le territoire de l’ancienne RDA.

Lors des mobilités en France (du 26 novembre au 1er décembre 2017) et en Roumanie (du 15 avril au 21 avril 2018), les élèves des quatre pays partenaires ont pu se rencontrer, partager le résultat de leurs recherches et œuvrer ensemble afin de restituer le fruit de leur travail dans des expositions auxquelles avaient été conviés leurs parents, la communauté éducative et des officiels (élus, représentant de l’Etat…).

  Exposition lors de la mobilité en France

  

Exposition lors de la mobilité en Roumanie

  

Travail en ateliers (Roumanie)

Travail en ateliers (France)

Diaporama Mobilité en Roumanie .pptx23-1

Les moments forts de cette 1ère année ont été nombreux ; on peut citer la visite du musée de l’immigration à Paris, avec nos partenaires, (lors de la 1ère mobilité), la conférence donnée à la salle Pierre Mendès France  de Nogent le Rotrou par Amanda Herold, le 30 janvier 2018 : « L’accueil des républicains espagnols en France : un exode oublié », illustrée par des parcours d’artistes. On peut aussi évoquer la réalisation du recueil de témoignages d’espagnols qui relate le parcours de ces migrants d’hier, arrivés en France en 1939, lors de la Retirada. On peut encore mentionner l’excursion sur le Danube, lors de la 2ème mobilité, qui a permis d’aborder la fuite des Roumains vers l’Ouest durant le régime communiste (la traversée du Danube à la nage, avant de franchir la frontière, l’étape ultime du franchissement du rideau de fer). Ce cadre magnifique a, en outre, permis de faire le lien avec la deuxième année du projet, consacrée aux « migrants d’aujourd’hui », le Danube étant actuellement un espace de franchissement des frontières pour les migrants venus de Syrie ou d’Irak, qui cherchent à rejoindre l’Union européenne.

  

Recueil de témoignages d’espagnols (ce recueil est en vente au lycée au prix de 15 euros.)

          

Excursion sur le Danube

Au cours de cette deuxième année, il s’agira donc  d’aller à la rencontre de migrants d’aujourd’hui, d’apprendre à les connaître et d’échanger avec eux quant à leurs parcours, les raisons de leur départ, leur perception du pays d’accueil.

France (septembre 2018) : rencontre avec Abou, un jeune migrant originaire du Mali

Migrations d’hier et d’aujourd’hui : un ciment pour l’Europe

Un projet Erasmus +

4 pays de l’UE engagés

(120 élèves et 16 professeurs impliqués sur l’ensemble des lycées)

Le lycée Rémi Belleau, porteur du projet

Le colegiul National Ionita Asan , à Caracal en Roumanie

Le lycée Ils Enrico Fermi, à Montesarchio en Italie

Le lycée Europaschule à Oschersleben  ( Saxe Anhalt), en Allemagne