Dans le prolongement du projet Erasmus+ : un partenariat signé à Montésarchio (Italie) entre le lycée Rémi Belleau et l’istituto Enrico Fermi

Dans le prolongement de notre projet Erasmus+ et pour faire perdurer les liens tissés avec nos partenaires, Michel Toumoulin et Giulio De Cunto, les proviseurs du lycée Rémi Belleau et de l’istituto Enrico Fermi de Montesarchio (Italie) ont signé, lundi 15 avril, un partenariat entre les deux établissements. Il s’agira dès la rentrée prochaine de travailler conjointement autour de la thématique de l’humanisme, dans le cadre d’un projet eTwinning. Ouvrir les élèves sur l’Europe, échanger et travailler avec des camarades d’un autre pays, utiliser et approfondir ses compétences linguistiques, s’enrichir culturellement, … voilà quelques-uns des objectifs que cette association se promet de mener à bien. Des échanges d’élèves entre les deux pays permettront de faire vivre concrètement ce partenariat et de donner du sens à la citoyenneté européenne.

 

Un premier bilan du projet Erasmus+ “Migrations d’hier et d’aujourd’hui”

A l’heure où le projet Erasmus+ « Migrations d’hier et d’aujourd’hui » va s’achever, une dernière rencontre entre les différents partenaires va se dérouler, au lycée Rémi Belleau, du 13 au 18 mai. Il s’agira de tirer le bilan de ce projet qui s’est déroulé sur les années scolaires 2017-2018 et 2018-2019. D’ores et déjà nous vous livrons les résultats du dépouillement d’un questionnaire auquel les élèves français ont été invités à répondre. Si leur interprétation reste à approfondir, on y lira déjà les effets positifs et immédiats de la démarche de projet relativement à l’estime de soi, mais aussi en terme d’ouverture vers l’autre. (Vous pouvez consulter l’ensemble des graphiques en cliquant sur les liens soulignés ci-dessous)

   

estime de soi

question migratoire ouverture à l’autre

citoyenneté européenne

climat classe et enseignements

A noter qu’une exposition se déroulera le mardi 28 mai au lycée, en présence de Monsieur le sous-préfet ; elle permettra de se remémorer les moments forts de ces deux années de travail commun avec nos partenaires allemands, italiens et roumains.

Mobilité en Allemagne du 09 mars au 16 mars 2019

Samedi 09 mars, quatre élèves de la classe de Terminale Bac pro Gestion-Administration se sont envolés pour l’Allemagne où ils ont séjourné une semaine, dans le cadre de leur projet Erasmus+. Cette dernière mobilité qui les a conduits dans la ville d’Oschersleben, en Saxe Anhalt, avait pour finalité d’achever deux années de travaux et d’échanges consacrés à l’étude des migrations d’hier et d’aujourd’hui, avec leurs camarades allemands, italiens et roumains.
Pour beaucoup le vol a été une première et l’étonnement de découvrir la terre vue du ciel a très vite fait oublier les quelques appréhensions au moment du décollage.

  
Les journées de samedi et dimanche ont permis de découvrir Berlin, la capitale allemande, et de nous confronter à quelques moments de l’histoire du 20ème siècle.
Ainsi, la visite du musée juif nous a plongés au cœur des émotions, des ressentis, des angoisses des populations juives allemandes durant la période nazie.

  

Marcher dans les rues de Berlin est toujours l’occasion de percevoir l’horreur de cette période : à de nombreuses reprises, nous avons pu apercevoir sur le sol des plaques de bronze rappelant les lieux où avaient vécu des juifs allemands déportés vers les camps de concentration ou d’extermination.

Les vestiges du mur, quant à eux, tout comme le Checkpoint Charlie (l’un des poste frontières de Berlin) nous ont rappelé le destin de cette ville, divisée entre secteur Est et secteur ouest, durant la période de l’après seconde guerre mondiale.

      

Dès lundi 11 mars, tous les participants du projet se sont retrouvés au lycée d’Oschersleben, ville dans laquelle nous étions arrivés la veille au soir. Il s’agissait désormais de travailler ensemble, pendant deux jours.

 

Après quelques activités « bris de glace », destinées à nouer les premiers liens entre élèves ne se connaissant pas, chacun a rejoint les différents ateliers qui avaient été organisés autour de la thématique migratoire.

   

L’atelier « FACES » a permis de créer une œuvre plastique intégrant des visages de migrants.

      

Dans l’atelier « JEU DE L’OIE », nous avons réalisé un jeu de l’oie géant qui permettait de mettre en avant les aides et les obstacles que les migrants sont amenés à rencontrer au cours de leur périple, depuis leur pays d’origine. Nous y avons bien évidemment joué, une fois le jeu élaboré.

 

  

Avec l’atelier « SCENETTES », il s’agissait de mimer des scènes évoquant l’accueil des migrants. Chacune de ces scènes a été photographiée et l’ensemble a été rassemblé au final dans un diaporama.

  

L’atelier « CHANT » a été l’occasion de préparer l’enregistrement collectif de la chanson « We are the World ». Les séances de vocalises, la répétition des différentes strophes, ont été l’occasion de communier ensemble et aussi bien souvent de rire ensemble !

    

C’est dans l’après-midi de mardi que l’enregistrement du DVD a eu lieu au studio « Gröninger Bad » de Magdebourg. Un très bon moment pour tous, qui nous a permis de nous mettre dans « la peau » des artistes. Un moment d’émotion aussi pour l’ensemble des professeurs, impressionnés par le travail réalisé en si peu de temps par leurs élèves !

        

Le mercredi 13 mars, nous sommes tous partis à Berlin pour y visiter le Reichstag, qui abrite le parlement allemand, et y rencontrer Karamba Diaby, un député allemand issu de l’immigration (son pays d’origine est le Sénégal), avec qui nous avons pu échanger quelques instants sur la problématique migratoire en Allemagne.

  

    

La coupole et l’escalier en forme de double hélice impressionnent par leur modernité !

  

    

Cette journée dans Berlin a aussi été l’occasion de découvrir quelques monuments ou lieux célèbres de la capitale : la porte de Brandebourg, la tour TV de Berlin, le labyrinthe du Mémorial de l’Holocauste …

            

Jeudi 14 mars : le jour de l’exposition qui clôture la mobilité. La première partie de la journée a été consacrée aux dernières répétitions et à la mise en place de l’exposition qui présente les différentes réalisations des élèves : celles conçues lors de la mobilité mais aussi des travaux réalisés en amont.

 

  

Il s’agit que tout soit parfait pour impressionner les visiteurs de l’après-midi (des officiels, élus et représentant du ministère de l’éducation de Saxe Anhalt, la presse et des parents d’élèves…).

  

      

  

Outre les travaux exposés, le témoignage d’un jeune migrant installé en Allemagne a été lu alternativement en français et en allemand.

 

Nos camarades italiennes et roumaines ont également joué deux scénettes témoignant du parcours de migrants.

  

Nous avons bien évidemment joué aussi au jeu de l’oie que nous avons réalisé.

   

 

Le public présent a apprécié ce moment et tout le monde à applaudi le travail fourni par les élèves.

  

Le point fort de la journée du vendredi 15 mars a été l’excursion à Hötensleben pour y voir les vestiges de la Frontière intérieure allemande qui sépara jusqu’en 1989, la RFA et la RDA. Une occasion unique de découvrir sur place ce qu’était le « rideau de fer », l’une des frontières les plus fortifiées du monde avec une ligne continue de hautes clôtures métalliques et de barbelés associés à des alarmes, des miradors, des champs de mines … qui devaient permettre d’empêcher l’émigration à grande échelle des ressortissants est-allemands vers l’Ouest.

Notre guide nous a expliqué alors ce qu’était la vie dans ce village de l’Est et les dangers encourus par toutes les personnes du village qui s’approchaient un peu trop de la frontière ou qui regardaient un peu trop vers l’Ouest.

           

 

10 janvier 2019 : Journée de travail ERASMUS+ pour la classe de TGA

La journée du jeudi 10 janvier a été consacrée à la préparation de la future mobilité en Allemagne. Les élèves ont travaillé sur les premières pages des fascicules « Jeux de mots » : il s’agissait d’illustrer la page d’ouverture de chaque fascicule en y intégrant le titre et des propositions d’illustrations en rapport avec la thématique migratoire contemporaine.

 

Deux élèves (Diana et Cindy) ont également travaillé sur la couverture des fascicules.

 

Les élèves ont aussi travaillé à la construction d’une carte permettant d’illustrer 21 parcours de migrants d’aujourd’hui ; depuis leur pays de départ, l’idée était de faire ressortir leurs différentes étapes jusqu’à leur destination finale. Cette carte fait également apparaître les raisons de leur départ.

Lors de cette journée les élèves ont aussi :

– réalisé un clip vidéo afin d’illustrer la chanson Schengen de Raphaël à partir de photographies de migrants qu’ils ont rencontrés depuis le début de l’année scolaire.

– élaboré un diaporama pour rendre compte de la mobilité en Italie.

– créé des affiches posters à partir des photos des migrants qu’ils ont rencontrés et interviewés.

– Recherché des documents visant à faire ressortir les différents obstacles que les migrants pouvaient rencontrer sur leur parcours, depuis leur pays d’origine jusqu’à leur destination finale.

– Préparé une invitation pour l’exposition finale et dressé le listing des invités.

– Finalisé les diagrammes destinés à mettre en évidence les bilans de la 1ère année du projet et celui de la mobilité en Italie.

– visionné et étudié le film «  Eden à l’ouest » de Costa Gavras.

Projection du film documentaire « Trajectoires »

Le jeudi 20 décembre, la classe de TGA a assisté à la projection du film documentaire « Trajectoires » en présence des réalisateurs Marie-José et Gabriel Sebban.

Le visionnage a été suivi d’un échange autour de la tolérance, de l’acceptation de l’autre (par-delà ses origines, son âge), de l’importance d’apprendre à se connaître pour s’accepter et dépasser ses peurs.

Pour l’occasion, 3 migrants, Maki, Maze et Harmon nous avaient rejoints pour évoquer leurs parcours depuis le Soudan ou la Syrie.  

 

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Le recueil “Témoignages sur la Retirada” reçoit les félicitations du chef de l’Etat et des ministres de l’éducation nationale et des affaires étrangères

Le recueil de témoignages sur la Retirada, publié dans le cadre du projet Erasmus+ “Migrations d’hier et d’aujourd’hui”, a retenu toute l’attention du Président de la République, Emmanuel Macron, qui a souligné la qualité de ce travail mémoriel réalisé par les élèves de bac professionnel Gestion-administration à l’initiative des enseignants porteurs du projet.

   

Lettre de la présidence république

Il en de même des ministres de l’éducation nationale et des affaires étrangères qui ont tenu à féliciter personnellement les élèves dans un courrier.

Lettre du ministre de l’éducation nationale

Lettre du ministre des affaires étrangères

Pour vous procurer ce recueil (pour les cadeaux de Noël par exemple) cliquez sur le lien ci-dessous.

Erasmus – Bon de commande – Recueil témoignages

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Conférence d’Adélie Chevée sur la thématique « Qui sont les réfugiés syriens ? Quels sont leurs profils et leurs parcours ».

Lundi 12 décembre, la salle Pierre Mendès France a accueilli Adélie Chevée, doctorante à l’Université de Londres, pour une conférence dans le cadre du projet Erasmus+ “Migrations d’hier et d’aujourd’hui”. Ce projet, porté par la section professionnelle du lycée Rémi Belleau, et plus particulièrement la classe de Terminale Gestion-Administration, développe en effet cette année la thématique des “migrations d’aujourd’hui”. Dans ce cadre, l’intervention d’Adélie Chevée a permis aux élèves de mieux appréhender la situation actuelle de la Syrie et de mieux comprendre le parcours des migrants syriens. Les élèves de TCOM, TL et 1ère ES1 s’étaient joints à leurs camarades de TGA à cette occasion.

Les exercices proposés par la conférencière, à partir d’interviews de syriens, ont complété son propos de façon concrète et ont suscité l’intérêt des élèves.

   

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Mobilité à Montésarchio (3)

Notre dernière journée, vendredi, a été consacrée à la mise en place des panneaux d’exposition restituant l’ensemble des photos montages relatifs aux raisons du départ.

  

 

  

Les élèves ont ensuite complété un questionnaire visant à analyser leur ressenti de cette mobilité.

 

Puis ils ont chanté des chansons sur la thématique des migrations d’aujourd’hui :

“Là-bas”, de Jean-Jacques Goldman, chantée par les élèves français; 
“Le rital”, de Claude Barzotti, chantée par les élèves français et italiens;
“Tote Hosen”, du group Europa, chanté par les élèves allemands;
“Dans le pays ou je suis né”, chanté par les élèves roumains.

 

Et pour finir cette rencontre, tout le monde a dansé.

 

 

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Mobilité à Montesarchio (2)

La journée de mercredi a été consacrée à la découverte culturelle de la région de Montesarchio : Nous avons pu admirer la splendeur du palais royal de Caserte,  résidence de la famille royale des Bourbons de Naples, et qui a été conçu pour rivaliser avec Versailles.  Nous avons également  découvert l’amphithéâtre romain de Santa Maria Capua Vuetere (l’antique Capoue), le second plus grand amphithéâtre de tout le monde romain (derrière le Colisée de Rome), dans lequel Spartacus aurait combattu.

Palais de Caserte

 

  

 

Amphithéâtre de Santa Maria Capua Vuetere

 

 

 

Les ateliers ont repris jeudi avec tout d’abord une interview par une webtélé des élèves participant au projet. Il s’agissait de recueillir  leur ressenti, relativement au projet lui-même mais aussi sur cette expérience de vie qui découle de la rencontre de jeunes venus de quatre pays de l’Union européenne.

Séance “interview”

 

 

Les activités se sont poursuivies par une lecture, sur fond musical, d’un poème sur la migration, par Antonella la Frazzia, la poétesse l’ayant créé. Une lecture émouvante qui, par le poids des mots et des images, a su sensibiliser les élèves aux difficultés du parcours des migrants. Un moment d’émotion partagée, comme l’a confirmé le recueil de leur ressenti à l’issue de la lecture.

Séance “Poésie”

 

Un autre moment fort de cette journée du jeudi a été la rencontre organisée avec deux migrants, Soumaila Diawara, originaire du Mali et Diallo Salle Colza Sidi, originaire du sénégal.

Les élèves les ont interrogés sur leurs parcours, les raisons de leur départ, les conditions de leur voyage jusqu’en Italie et les difficultés de l’intégration, de l’apprentissage de la langue. Ces témoignages ont également fait ressortir les apports positifs procurés par la migration, tant en terme d’enrichissement culturel que d’enrichissement humain.

Cet échange s’est également enrichi du témoignage de Ispir Anca Nicoleta, une élève d’origine roumaine scolarisée à l’institut Enrico Fermi, qui nous a fait part de son arrivée et de son intégration en Italie, pays dans lequel elle se sent aujourd’hui chez elle.

La journée s’est terminée par la lecture d’un poème traduit en français du poète migrant Soumaila Diawara .

Rencontre avec des migrants

  

Migrations d’hier et d’aujourd’hui – Mobilité à Montésarchio (1)

Lundi 05 novembre, les élèves ont participé à leurs premiers ateliers avec leurs camarades allemands,  italien et roumains. il s’agissait de réfléchir aux raisons du départ des migrants de leurs pays d’origine et de mettre en parallèle la situation d’un pays (ou d’une région) de départ (au regard de ces causes) et celle d’un pays (ou d’une région) d’arrivée de flux migratoires.

Une fois ces causes établies, les élèves devaient rechercher des photographies capables de les illustrer de façon à réaliser un montage d’images illustrant le contraste des situations entre pays de départ et pays d’arrivée.

 Atelier “photos montages”  

      

Un deuxième atelier a eu pour but de préparer les questions que les élèves poseront aux migrants lors de la rencontre du jeudi 08 novembre. Cette réflexion en petits groupes a été l’occasion d’échanges dans les différentes langues des pays partenaires.

 Atelier “Questions”  

    

Mardi 06 novembre les élèves ont assisté à la projection du film “Golgen Door” de Emanuele Crialese.

Au début du XXème siècle, dans un coin perdu de la campagne sicilienne, vit une famille de paysans qui s’échinent sur le même lopin de terre depuis des générations. Ils mènent une existence en harmonie avec la nature et cohabitent avec les esprits de leurs défunts. La monotonie de leur vie quotidienne est interrompue par des récits du Nouveau Monde, de leurs habitants et des innombrables richesses de cet Eden… Salvatore décide de vendre tous ses biens : sa terre, sa maison, son bétail pour partir avec ses enfants et sa mère âgée mener une vie meilleure de l’autre côté de l’océan. Mais pour devenir citoyen du Nouveau Monde, il faut mourir et renaître un peu. Il faut abandonner les traditions séculaires et les vieilles croyances de sa terre, il faut être sain de corps et d’esprit, savoir obéir et jurer fidélité si l’on veut franchir “La Porte d’Or”…

Après avoir visionné le film, les élèves ont complété un questionnaire afin d’évaluer leur compréhension de l’histoire de ces migrants.

Projection du film “Golgen Door” et questionnaire de compréhension

  

Dans un deuxième temps, ils ont finalisé les questions en anglais, en français et en italien afin de préparer l’interview des migrants, du jeudi.

Ce même jour, un jury constitué d’enseignants, d’élèves, de représentants d’association et du proviseur de l’institut Fermi a délibéré afin de sélectionner l’affiche qui illustrerait notre projet, parmi les quatre élaborées pour cette mobilité. L’affiche italienne a emporté tous les suffrages.

Jury “affiches”