La presse parle de nous ! – La rectrice de l’académie en déplacement à Nogent-le-Rotrou ce matin

Article Paru dans L’Echo Républicain, le 26/09/2017

La rectrice de l’académie Orléans-Tours en déplacement à Nogent-le-Rotrou ce matin

Océane Lemoine, Sylvie Mazereau, professeurs d’arts plastiques, Laura Saës et Georgina Oncescu vont être les guides ce matin de l’exposition pour la rectrice de l’académie, Katia Béguin.

Avec un programme de visite très chargé portant sur trois thématiques, la rectrice vient mesurer la portée des actions menées au sein du lycée nogentais.

Depuis qu’il a pris la tête du lycée Rémi-Belleau il y a quatre ans, Michel Toumoulin, le proviseur, n’a de cesse d’assurer que les échanges internationaux qu’il a développés avec ses équipes « font désormais partie de l’ADN de notre établissement ». Mais ce n’est pas cet aspect du patrimoine génétique du lycée de la rue Bretonnerie que Katia Béguin, la rectrice de l’académie Orléans-Tours, vient ausculter ce matin à Nogent-le-Rotrou.

La patronne des 27.000 agents, enseignants et chercheurs de l’académie vient notamment à la rencontre des élèves et enseignants de Rémi-Belleau pour aborder trois thèmes : l’engagement des lycéens, la laïcité et la citoyenneté. Concernant la laïcité, elle va ainsi rencontrer ce matin Océane Lemoine, Laura Saës et Georgina Oncescu, toutes les trois élèves de terminale L et leur professeur d’arts plastiques en option facultative, Sylvie Mazereau.

Sans limite technique

Dans le cadre d’un projet d’établissement sur la laïcité mené l’année passée, le tout à la suite des attentats de Paris en novembre 2015, Sylvie Mazereau a fait travailler ses élèves d’arts « P » sur la Charte de la Laïcité à l’école. Elle explique : « Les élèves devaient choisir l’un des articles de cette charte pour la mettre en image. Il n’y avait en revanche aucun cadre en matière de technique, chacun a pu utiliser la sienne. Il y a ainsi eu des collages, de la photo, de la peinture, des travaux en volume… »

 Mais avant de passer à la réalisation, il a fallu trouver l’inspiration. Laura et Georgina se souviennent : « Cela n’a pas été facile au départ. La charte évoque des notions et des valeurs qui sont assez abstraites et qui recouvrent une multitude d’aspects et d’exemples dans le quotidien ». Océane confirme : « On a en effet eu beaucoup de mal à imaginer et à imager ces grandes notions ».

« On a eu beaucoup de mal à imager ces grandes notions »

La classe d’option facultative en arts plastiques a ainsi consacré 5 à 6 semaines de travail, à raison de 3 heures de cours par semaine, à ce projet. Le résultat est assez éblouissant à tel point que le proviseur et l’équipe pédagogique ont choisi de confier à un atelier de graphisme la réalisation de tirages de ces œuvres pour les exposer depuis le mois de juin sur l’un des murs du réfectoire du lycée.

Chaque élève exposant -il y a une douzaine d’œuvres accrochées- a pu adjoindre un panonceau explicatif sur ce travail qui a bien sûr été noté. Le cartouche reprend l’article de la Charte de la laïcité à l’école qui a été retenue ainsi qu’un descriptif du travail mené et des techniques employées.

Stéphane Marchand